Alfred-Nicolas Normand (1822-1909)

Alfred-Nicolas Normand (1822-1909)

 

Toutes les photos d'Alfred-Nicolas Normand sur la Plateforme Ouverte du Patrimoine (POP)

Alfred-Nicolas Normand

Alfred-Nicolas Normand est fils d'architecte, admis en section architecture à l'école des Beaux-arts de Paris en 1842, il obtient le Grand Prix de Rome en 1846. Pensionnaire à la Villa Médicis de 1847 à 1851, il travaille sur des projets de restauration de monuments antiques en Italie. Dès 1851, Alfred-Nicolas Normand s'initie à la photographie. Elle joue un rôle important dans son parcours d'architecte, brillant calotypiste au mitan du siècle, il revient à la pratique de la photographie dans les quinze dernières années du 19e siècle. Les fonds de la MAP témoignent de cette fructueuse activité photographique.

Alfred-Nicolas Normand, calotypiste

« On appelle génériquement "calotype" la technique, élaborée en 1841 par l'anglais William Henry Fox Talbot, permettant d'enregistrer son point de vue, au fond d'une chambre obscure, sur une simple feuille de papier enduite d'un produit sensible à l'action de la lumière. Cette image aux valeurs inversées, le négatif, appelé aussi "cliché", rendu translucide, permet de réaliser une infinité d'épreuves positives » (Sylvie Aubenas, Paul-Louis Roubert).

En avril 1851, lorsqu'il rencontre à Rome Maxime Du Camp et Gustave Flaubert, qui rentrent de leur périple en Orient en possession d'un volume important de négatifs réalisés par Du Camp, Alfred-Nicolas Normand a déjà produit quelques vues de la ville. Il effectue plusieurs tirages d'après les négatifs de Du Camp. Conforté dans sa pratique, il entame une série de calotypes de Rome, Pompéi, Palerme, Athènes, puis de Constantinople (1851-1852).

 

Alfred-Nicolas Normand

« Certains artistes venus de France, d'Angleterre ou d'autres régions d'Italie, présents à Rome autour de 1850, se sont passionnés pour la photographie. Il semble donc naturel qu'ils aient choisi comme point de ralliement le fameux Caffè Greco, situé dans l'environnement immédiat de la Villa Medicis et de la Piazza di Spagna, au cœur de leur territoire. Rome devint ainsi le siège d'un des premiers cercles photographiques de calotypistes (...) » : Flachéron, Constant, Normand, Caneva et Anderson sont considérés comme les plus représentatifs de ce cercle photographique romain. « En dehors des nombreuses vues de la Villa Médicis qui représentent son environnement immédiat, l'architecte produit des calotypes de monuments antiques sur le Forum correspondant, pour la plupart, à son projet de restauration » 

(Guillaume Le Gall).

 

Alfred-Nicolas Normand

Son activité d'architecte

De retour à Paris, il est nommé inspecteur des travaux de la ville de Paris et travaille sous la direction de Victor Baltard (1805-1874). En 1853, il reçoit  une commande importante du prince Jérôme Napoléon : l'édification d'un palais pompéien, avenue Montaigne à Paris : les travaux commencent en 1854 mais le bâtiment est abandonné après 1870 puis détruit en 1891. « L'originalité de la construction, l'intelligence  que montre Normand dans l'utilisation d'éléments et de motifs antiques adaptés à une construction moderne, et aussi les fêtes somptueuses qui y sont données, lui assurent une grande notoriété (...) » (Philippe Néagu).

Une brillante carrière s'ouvre désormais à lui : château et tombeau de Liancourt, marché public de Grenelle, hospice de ville de Saint-Germain-en-Laye, restaurations de l'Arc de Triomphe de la place de l'Étoile à Paris et de la colonne Vendôme. En 1861, Alfred-Nicolas Normand est nommé inspecteur général des édifices pénitentiaires. Dans ce domaine, il faut particulièrement distinguer la construction de la prison de Rennes (1867-1876). Il devient membre de l'Institut en 1890 puis, de 1898 à 1900, président de la Société centrale des architectes.

 

La photographie, reprise d'une pratique

Alfred-Nicolas Normand
Sa passion pour la photographie le reprend en 1887. Jusqu'en 1891, il réalise, à l'occasion de voyages qui le conduisent en Tunisie, en Égypte, en Russie, en Suède, au Danemark, dans l'Empire austro-hongrois, en Suisse, en Italie, plus de trois mille cinq cents clichés sur support souple de format 18 x 24 cm. La grande qualité plastique de son œuvre photographique est reconnue par ses pairs : il est nommé vice-président de la Société française de photographie quelques années avant sa mort.

 

Le fonds Normand à la MAP

En 1946, l'État reçoit en don du docteur Cayla une partie de la collection de négatifs au gélatino-bromure d'argent avant de procéder à l'acquisition d'un ensemble de calotypes, en 1975. Le docteur Cayla est le petit-fils de Normand. Il en a dressé un portrait sensible dans un texte paru en 1978 : « Alfred-Nicolas Normand eut pendant toute sa vie le besoin de voir et de connaître les chefs-d'œuvre du passé (…). Notre époque prend conscience de l'importance des images photographiques anciennes (…). En présentant celles d'un architecte de haute conscience, nous [rappelons] qu'il était le contemporain de Garnier et d'Hermant, [qu'il] était proche de Baltard et de Labrouste (…) formant une riche lignée française ».

Le fonds est composé de 1781 négatifs souples au gélatino-bromure de format 18x24 cm, de 252 tirages sur papier albuminé dont 23 tirages sans négatifs. 134 calotypes sont en dépôt au musée d'Orsay (Paris).


Sources et orientation bibliographique

Alfred-Nicolas Normand

 

- Le calotype en France, 1843-1860 [catalogue d'exposition], Paris, Bibliothèque nationale de France-Éditions Gallimard, 2010.
- Éloge du négatif: les débuts de la photographie sur papier en Italie (1846-1862) [catalogue d'exposition], Paris, Paris musées, 2010.
- Voir l'Italie et mourir. Photographie et peinture dans l'Italie du XIXe siècle [catalogue d'exposition], Paris, Musée d'Orsay, Skira/Flammarion, 2009.
- Roma 1850, Il circolo dei pittori fotografi del Caffè Greco - Rome 1850, Le Cercle des artistes photographes du Caffé Gréco [catalogue d'exposition], Milan, Electa, 2003.
- Sylvie Lécallier, Alfred-Nicolas Normand, architecte photographe, Ministère de la Culture et de la Francophonie, Mission du patrimoine photographique, 1994.
- Alfred Normand : Calotypes 1851-52, photographies d'Italie, de Grèce et de Constantinople [catalogue d'exposition], Gorle/Bergame, Grafica Gutenberg, 1978.
- Alfred-Nicolas Normand architecte, photographies de 1851-1852 [catalogue d'exposition], s.l., [1978].