Le département des archives et de la bibliothèque

Les fonds du département des archives et de la bibliothèque sont issus de l'activité du service du Patrimoine au ministère de la Culture (Monuments historiques, Espaces protégés, Archéologie). Leur origine remonte à la création de la Commission et du service des Monuments historiques dans les années 1830.

1. La documentation des immeubles et des objets mobiliers

Félix Duban, Château de Blois, Aile dite de François 1er
La Documentation conserve les dossiers de protection des immeubles et des objets mobiliers protégés, soit environ 45 000 immeubles et 270 000 objets ou ensembles d’objets. Ces dossiers contiennent les documents préparatoires à la décision de protection (historiques, plans, photographies) et les arrêtés instituant cette protection. Ils sont enrichis et mis à jour en cas de modifications administratives (mutations de propriété, déplacements).

Sont ainsi mis à disposition du public :

  • les dossiers de protection sur les immeubles classés et inscrits et sur les objets classés ;
  • les inventaires des trésors de cathédrales, des objets mobiliers conservés par le Centre des Monuments nationaux (CMN) et des dépôts lapidaires des monuments de l’État ;
  • les dossiers de restauration des objets mobiliers reçus des directions régionales des Affaires culturelles (DRAC).

C’est aussi la Documentation qui assure, pour l’administration des Monuments historiques, la publication au Journal officiel de la liste annuelle des édifices protégés et la gestion, sur la plate-forme ouverte du patrimoine (www.pop.culture.gouv.fr), des bases de données de recensement du patrimoine français :

  • Mérimée pour les immeubles,
  • Palissy pour les objets mobiliers.

La Documentation est régulièrement sollicitée pour l'aide à l'identification en cas de vol ou de disparition, en lien avec la sous-direction des Monuments historiques, les conservations départementales des antiquités et objets d’art (CAOA), les DRAC et l'Office central de lutte contre le trafic de biens culturels (OCBC).

2. Les archives

La MAP conserve l'ensemble des archives intermédiaires du service du Patrimoine. On trouve dans ses fonds les dossiers relatifs à l'histoire des services des Monuments historiques et de l'Archéologie (organisation, personnel, réglementation, périodes de guerre), mais aussi des dossiers administratifs, techniques et scientifiques sur :

  • la protection et la restauration des édifices, des jardins et des objets mobiliers ;
  • la mise en place et le suivi des espaces protégés (abords, secteurs sauvegardés, zones de protection diverses) ;
  • les dossiers des sites archéologiques et rapports de fouilles.

La MAP conserve les avis et rapports de l'inspection générale des Monuments historiques depuis 1831 et les archives de la Commission des Monuments historiques depuis 1837. Les procès-verbaux de la Commission pour la période 1848 à 1950 sont publiés en ligne.

La MAP recueille les archives des architectes en chef des Monuments historiques, indispensables à la connaissance des restaurations effectuées sur les édifices protégés. Elle conserve aussi l'essentiel des archives d'Eugène Viollet-le-Duc.

La MAP reçoit régulièrement en don des archives privées d'entreprises du patrimoine et de restaurateurs, ainsi que des archives de personnalités marquantes de l’histoire des Monuments historiques (Paul Léon) ou de savants (Marcel Aubert, Camille Enlart, Jean Lafond, Jean Hubert).

Eugène Viollet-le-Duc, la cité de Carcassonne, Élévation de la face ouest, état actuel, état projeté

La MAP conserve environ 250 000 plans de Monuments historiques, dont 44 000 aquarellés, les plus anciens datant des années 1830. Dressés par des architectes ou des entrepreneurs à l’occasion d’études ou de restaurations, ces plans constituent une documentation irremplaçable sur les édifices protégés français.

Des fonds de gravures et de dessins complètent les collections : dessins de Michel Dorigny pour le château de Vincennes, carnets de croquis de Jules Tillet et de Jean Trouvelot, dessins des maisons d'orfèvrerie Poussièlgue-Rusand et Paraud-Trioullier-Montagnier.

L'art du vitrail, essentiel dans les édifices religieux français, est documenté par des fonds importants de relevés (travaux de Steinheil et de Coffetier sur la Sainte-Chapelle de Paris), de cartons de restauration ou de création (Gérente, Simon-Marq, Max Ingrand-Michel Durand) ou encore de photomontages réalisés durant les deux guerres mondiales à l'occasion des déposes.

3. La bibliothèque

 

Pierre Auguste Fontaine, Histoire du Palais Royal.
La bibliothèque conserve environ 75 000 ouvrages, dont la plus grande part traite du patrimoine et de l'histoire de l'architecture en France et à l'étranger, ainsi que de la photographie, de l'archéologie , des arts décoratifs et des beaux-arts en général. Les ouvrages les plus anciens remontent au 16e siècle. Un fonds de littérature grise (thèses, manuscrits, tirés-à-part) et de documents graphiques est conservé sous les cotes 8°doc, 4°doc et F°doc.

Quelque 1 750 titres de périodiques, français et étrangers, dont 200 vivants, et un important fonds de publications de sociétés savantes complètent la bibliothèque.

L'accès au catalogue informatisé est possible sur l'intranet du ministère de la Culture (services centraux, DRAC, services à compétence nationale). Les notices de périodiques sont consultables par le catalogue collectif en ligne Sudoc.