Jacques-Henri Lartigue, la culture physique, 1922

Jacques-Henri Lartigue, la culture physique, 1922

Jacques-Henri Lartigue, la culture physique, 1922

Origine et date: 
1922 © J. H. Lartigue (c) Ministère de la Culture (France) / MAP-AAJHL
Artiste(s): 
13 juin 1894
Courbevoie
12 décembre 1986
Nice

Jacques-Henri Lartigue, la culture physique, 1922 © J. H. Lartigue (c) Ministère de la Culture (France) / MAP-AAJHL
 

Un homme légèrement vêtu et en bonne forme physique fait de l’exercice au jardin. Les petites haltères rondes et le lacet de sa tenue donnent à la scène une charmante atmosphère... La plaque de verre, stéréoscopique et autrefois regardée dans une visionneuse, offrait à l’esprit comme une fenêtre sur la nature et son relief.

Jacques-Henri Lartigue (1894-1986), son auteur, particulièrement attentif à sa propre apparence, a réalisé de nombreuses photographies et toiles peintes représentant le corps en action. Ses images sont inspirées des revues sportives à la mode dont il était lecteur, et leur scénarisation à l’intérieur de ses albums évoque les mises en page de certains d’entre eux.

Si l’on en croit le titre de la page de l’album où est collé un tirage réalisé d’après cette plaque, il est 10 h du matin, l’heure de « la culture physique » ! Nous sommes à Rouzat, en Auvergne, dans la propriété familiale des Lartigue qui disposait d’un court de tennis et d’une piscine propices à l’épanouissement des corps (et à la santé des esprits).

Ici, c’est Robert Haguet, un cousin que Lartigue surnommait Ubu, qui est représenté. L’inscription en haut de la plaque, que l’on lirait un peu rapidement « coco », est en réalité le nombre 22, écrit à la verticale, qui désigne l’année de la prise de vue, 1922.

Les images d’Ubu, sous presque tous les profils, viendront bientôt enrichir la plateforme POP et la sélection « gymnastique » de la base Mémoire dans laquelle les photographies de Roger Parry, Jean Pottier, André Kertész, Sénicourt, Marcel Bovis, Noël Le Boyer ou encore François Kollar, nous rappellent qu’à toutes les époques, si nous ne pouvons activer nos corps aussi librement que nous le souhaiterions, nos esprits ne doivent pas rester immobiles !

Juliette Dharmadhikari pour la MAP, mars 2020