Sur les pas de Viollet-le-Duc à Albi

Sur les pas de Viollet-le-Duc à Albi

Sur les pas de Viollet-le-Duc à Albi

Origine et date: 
L'église Saint-Salvy et la cathédrale Sainte-Cécile
Artiste(s): 

Au cours de cet été 2020, la MAP vous fait visiter la France à travers le fonds Viollet-le-Duc. Nous le suivons dans ses voyages, au cours desquels il ne cesse de dessiner, pour le plaisir et pour ses chantiers. Sur une période allant de 1833 à 1865, découvrez ses dessins, croquis, plans, élévations, réalisés dans diverses régions de France, et centrés sur certains monuments historiques.
Les monuments et régions dessinés par Viollet-le-Duc sont aussi des lieux choisis par les photographes, contemporains de l'architecte restaurateur ou au contraire ancrés dans le XXè siècle. Ainsi, des photographies de Mieusement, Le Gray, Kertész, Desclée et bien d'autres, accompagnent ce voyage.
Enfin, des gravures d'ouvrages conservés à la bibliothèque de la MAP et des relevés de peintures murales issus des collections du CRMH seront présentés pour illustrer ce voyage, qui aura pour étapes Albi, le Mont-Saint-Michel, la cathédrale de Coutances, l'église Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay, Carcassonne, Pierrefonds, la Corse, et la côte du Pas-de-Calais.

(1/7) Première étape de cette visite de la France dans les pas de Viollet-le-Duc: le Tarn

À peine âgé de vingt ans, Viollet-le-Duc se rend à Albi en août 1833. Il y produit ses premiers dessins, tous conservés à la MAP, de l'église Saint-Salvy et de la cathédrale Sainte-Cécile. Cette dernière a attiré de nombreux artistes, venus représenter son imposante stature et sa voûte bleutée. Ces dernières, peintes par des fresquistes italiens entre 1509 et 1521, présentent des dimensions exceptionnelles : 97m de long sur 28m de large. Elles forment l'ensemble de peintures italiennes le plus vaste et le plus ancien de France. De fait, Albi est sur l’itinéraire de Le Gray et Mestral dans le cadre de la Mission héliographique (1851). Plus tard, Georges-Louis Arlaud, Médéric Mieusement ou encore Alfred-Nicolas Normand l’ont photographiée maintes fois. Leurs travaux sont conservés dans les collections de la MAP.

Les relevés de peintures murales concernent tous deux la cathédrale Sainte-Cécile. Le premier représente une fresque du 15e siècle dans la chapelle Sainte-Croix, illustrant une scène de la vie d'Hélène. Pierre-Etienne Perlet, d’abord missionné pour exécuter deux copies des peintures de la cathédrale de Narbonne, chère à Mérimée et à Viollet-le-Duc, est chargé par la Commission des Monuments historiques de relever les peintures de la cathédrale d'Albi en 1841. C'est ensuite Marie-Marcel Rouillard, peintre décorateur, professeur à l’école nationale des arts décoratifs et attaché à la commission des MH qui restitue en 1882 le développement des peintures des voûtes dans sa monumentalité et sa précision.

 

Mentions des illustrations : © Ministère de la Culture – MAP , Diff. RMN-GP