Paul Lancrenon (1857-1922)

Paul Lancrenon (1857-1922)



 Biographie



 
Fils de notaire, Marie-Paul-Mathieu Lancrenon est né à Besançon (Doubs) le 26 juillet 1857. Photographe amateur excursionniste, il lie le loisir de la photographie à celui du voyage et des missions militaires. Après son mariage à Paris, le 7 mai 1900, avec Anna-Marie-Adèle Guibert, il parcourt la Bretagne natale de son épouse, née à Lorient, en prenant de nombreuses photographies.


Il fait partie des « nouveaux officiers républicains » formés à l'École Polytechnique. À sa sortie en 1876, il choisit l'École d'application de l'Artillerie et du Génie de Fontainebleau. Officier d'état-major en 1890, il est proposé pour les Palmes académiques pour le récompenser du récit de son voyage en périssoire (canot long, étroit et instable qui se manœuvre à la pagaie double) sur le Danube, d'Ulm (Allemagne) à Belgrade (Serbie), soit mille cinq cents kilomètres en vingt jours.


 
En 1896, le chef d'État-Major le note comme un « officier modeste et consciencieux, chez qui on trouve une vigueur physique extraordinaire et une grande puissance de travail ». Ses voyages et ses excursions dans toute l'Europe au cours de l'automne 1896, à ses frais, et notamment une reconnaissance périlleuse en périssoire du cours du Rhin supérieur, lui valent les félicitations du ministre de la Guerre.


Général de brigade en décembre 1914, il prend part aux combats devant Verdun et dans le nord de la Somme. Pour récompenser sa brillante conduite et sa belle attitude au feu dans les combats, il est nommé général de division en septembre 1917. Placé en janvier 1918 dans la section de réserve en tant qu'inspecteur adjoint des effectifs du territoire en Afrique du nord, il n'occupe cette fonction que quelques mois car il est relevé de son emploi pour raison de santé. Il meurt le 10 juillet 1922 à l'hôpital du Val-de-Grâce des suites d'une maladie contractée au front. Sa veuve attend 1925 pour que le statut de « mort pour la France » lui soit accordé.

 
Paul Lancrenon
Décorations :
  •  1894 : Médaille coloniale avec agrafe « Tunisie ».
  •  1897 : Chevalier de la Légion d'honneur.
  •  1914 : Officier de la Légion d'honneur.
  • 1919 : Brevet de l'ordre de l'Aigle blanc de Serbie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Ses voyages et excursions


- Expédition de Tunisie (1881) : il fait partie du corps d'intervention de 23 000 hommes qui franchissent la frontière algérienne par la montagne de Kroumirie pour marcher sur Tunis.
- Voyage en Russie (1891) : six mois de congés lui sont accordés par le ministère de la Guerre pour ce voyage. Parti en bicyclette de Belfort, il traverse la Suisse, l'Allemagne, la Lituanie, la Lettonie, l'Estonie et franchit à cheval le Caucase (Azerbaïdjan, Géorgie), avant d'atteindre la Moldavie, la Roumanie et l'Autriche.
- Exploration en périssoire sur le Danube, le Rhin et la Volga (1896).
- Excursions dans les Alpes, entre 1894 et 1912, où il évalue la praticabilité d'un certain nombre de cols peu connus. Marcheur intrépide, il est capable de parcourir quatre-vingt-dix kilomètres par jour.
-  Missions en Algérie & Tunisie (1906 et 1908) : lors de ces deux missions, il suit le même itinéraire que le corps expéditionnaire de 1881.

 

 Le fonds Paul Lancrenon à la MAP


Le fonds Lancrenon à été acheté en 1987 par l'État. Il représente un ensemble de 2 600 plaques de verre et de 1 500 négatifs souples. Deux petits carnets manuscrits, Albums de photographies, font fonction d'inventaire.

 

Ses publications

 

Trois mille lieues à la pagaie, de la Seine à la Volga, Paris, édition Plon-Nourrit et Cie, 1898.
Impressions d'hiver dans les Alpes, de la mer bleue au Mont-Blanc, Paris, édition Plon-Nourrit et Cie, 1906.
Les Travaux de la mission télégraphique du Tchad (1910-1913), Paris, publication du Comité de l'Afrique française, 1914.