Image collection header

Œuvres d'auteurs

Willy Ronis
WILLY RONIS (1910-2009) Pendant le défilé de la victoire du Front populaire, rue Saint-Antoine, Paris, 14 juillet 1936
WILLY RONIS (1910-2009)
WILLY RONIS (1910-2009) Sur les pentes de Montmartre, depuis le haut de la rue Muller, Paris, 1934
WILLY RONIS (1910-2009)
WILLY RONIS (1910-2009) Marchandes de frites, rue rambuteau, Paris, 1946
WILLY RONIS (1910-2009)
WILLY RONIS (1910-2009) Pluie place Vendôme, Paris, 1947
WILLY RONIS (1910-2009)
WILLY RONIS (1910-2009) Le nu provençal, Gordes (Vaucluse), 1949
WILLY RONIS (1910-2009)
WILLY RONIS (1910-2009) Vincent aéromodéliste, Gordes (Vaucluse), 1952
WILLY RONIS (1910-2009)
WILLY RONIS (1910-2009) Les amoureux de la Bastille, Paris, 1957
WILLY RONIS (1910-2009)
WILLY RONIS (1910-2009) Fondamente Nuove, Venise (Italie), 1959
WILLY RONIS (1910-2009)
WILLY RONIS (1910-2009) Gamins de Belleville, sous l'escalier de la rue Vilin, Paris, 1959
WILLY RONIS (1910-2009)
WILLY RONIS (1910-2009) Le café de France, L'Isle-sur-la-Sorgue (Vaucluse), 1979
WILLY RONIS (1910-2009)
WILLY RONIS (1910-2009)
WILLY RONIS (1910-2009)
WILLY RONIS (1910-2009)
WILLY RONIS (1910-2009)
WILLY RONIS (1910-2009)
WILLY RONIS (1910-2009)
WILLY RONIS (1910-2009)
WILLY RONIS (1910-2009)
WILLY RONIS (1910-2009)
WILLY RONIS (1910-2009)
Donation

WILLY RONIS (1910-2009)

Willy Ronis est l’un des grands photographes français de l’après-guerre, aux côtés de Robert Doisneau (1912-1994) et de Henri Cartier-Bresson (1908-2004). Reporter-illustrateur indépendant, Ronis pratiqua de surcroît la photographie industrielle, la publicité et, ponctuellement, la mode. C’est en puisant dans sa longue carrière et dans ses clichés intimes qu’il fixa son œuvre à partir des années 1980, durant trois décennies au fil de ses expositions et de ses ouvrages, inlassablement jusqu’à son décès à 99 ans.

Willy Ronis, Autoportrait aux flashes, Paris, 1951
Willy Ronis, Autoportrait aux flashes, Paris, 1951

Fils de photographe, il se rêvait musicien. La nécessité de tenir le studio familial décida de sa profession. Libéré du magasin après le décès de son père, Willy Ronis se lança en 1936 dans le métier, alors reporter, modérément, avant tout par engagement politique, et surtout illustrateur, proposant des vues sur Paris, les territoires français avec une spécialisation sur la montagne, ou de croisières en Méditerranée. La guerre fut une parenthèse refermée, douloureuse ; parce que juif, il dut fuir dans le Midi.

À la Libération, son retour à Paris marqua un renouveau. La période lui fut très favorable car les besoins de la presse renaissante étaient importants et les photographes professionnels peu nombreux. Les reportages s’enchaînèrent. Willy Ronis sut se distinguer, honoré du prix Kodak lors du Salon national de la photographie de 1947, intégré à l’agence Rapho, coopté par le Groupe des XV et exposé au MoMA à New York en 1951.

À partir 1954, sur la lancée de son livre Belleville Ménilmontant aux éditions Arthaud, il privilégia la photographie d’illustration, se retirant de l’agence Rapho pour ne pas voir ses images utilisées ou dévoyées par la presse anglophone. Dans un contexte de guerre froide marqué, Ronis affirmait son engagement communiste. De frustrations en obligations, il pratiqua alors sans grande joie une photographie de studio, industrielle ou de publicité, et s’ouvrit avec plus de contentement à l’enseignement et aux expositions commandées, pour le ministère des Affaires étrangères et une association pro-Allemagne de l’Est. Il profita de cours dispensés à l’école des beaux-arts et d’architecture d’Avignon pour quitter Paris en 1972 et vivre à Gordes (Vaucluse), dans sa maison provençale.

Un temps oublié, il vit revenir la notoriété au tournant des années 1980, avec le grand prix national des Arts et des Lettres, sa première monographie Sur le fil du hasard aux éditions Contrejour récompensée par le prix Nadar, et une invitation d’honneur aux Rencontres d’Arles. La période était alors propice aux photographes, reconnus comme des auteurs, et Willy Ronis s’y inscrivit pleinement. S’ensuivit une longue valorisation de son travail. Il s’imposa progressivement comme l’une des figures majeures de la photographie dite du courant humaniste puis, dans les années 2000, comme le doyen des photographes français, dernier représentant de sa génération. L’exposition à l’hôtel de ville de Paris en 2005 attira plus de 500 000 visiteurs et marqua sa célébrité.

Willy Ronis, Le petit Parisien, Paris, 1952
Willy Ronis, Le petit Parisien, Paris, 1952

En 1983, Willy Ronis fit don à l’État de son fonds, qu’il confirma par une seconde donation en 1989 puis par un legs testamentaire. La Médiathèque du patrimoine et de la photographie conserve les six albums commentés remis par Ronis au ministère de la Culture en 1985 et 2006, 108 000 négatifs et planches-contact associées, 19 000 tirages, 9 000 diapositives couleurs, ainsi que ses archives et sa bibliothèque.

Une partie des négatifs, des tirages et des diapositives est proposée sur la base de données Mémoire, accessible par la Plateforme ouverte du

patrimoine (POP).

Les archives de Willy Ronis sont consultables sur rendez-vous à la Médiathèque du patrimoine et de la photographie au fort de Saint-Cyr (Montigny-le-Bretonneux).

Contact : mediatheque.patrimoine@culture.gouv.fr

Toutes les images sont © Donation Willy Ronis, Ministère de la Culture (France), MPP, diff. RMN-GP.

 

Expositions tenues depuis la donation


Willy Ronis, Se retrouver, Pont-Aven (Finistère), musée de Pont-Aven, 4 février-28 mai 2023 :coproduction MPP – musée de Pont-Aven.

Willy Ronis par Willy Ronis, Vannes (Morbihan), Le Kiosque, 10 décembre 2022-5 mars 2023 :circulation MPP – RMN-GP.

Willy Ronis. Zuerst das Leben, Cottbus (Allemagne), Brandenburgisches Landesmuseum für moderne Kunst, 26 juin-11 septembre 2022 : circulation MPP – Ville de Versailles.

Willy Ronis, de Paris à Megève, Megève (Haute-Savoie), Le Palais, 20 mai-30 septembre 2021 :coproduction MPP – Jeu de Paume.

Willy Ronis en RDA. La vie avant tout, 1960-1968, Versailles (Yvelines), Espace Richaud, 19 mai10 octobre 2021 : coproduction MPP – Ville de Versailles.

Willy Ronis, Estivales de la photo 65, Tarbes, 1er juillet-4 août 2019 : coproduction MPP – Printemps photographique de Pomerol.

Le Luberon de Willy Ronis, Cavaillon (Vaucluse), chapelle du Grand Couvent, 29 juin-2 novembre 2019 : coproduction MPP – RMN-GP.

From Paris to Venice, A photographic journey by Willy Ronis, Hong Kong (Chine), University Museum and Art Gallery, 31 mai-27 octobre 2019 : coproduction MPP – Jeu de Paume.

Willy Ronis, Pomerol (Gironde), 9e festival du Printemps photographique de Pomerol, 14 mars-14 avril 2019 : coproduction MPP – Printemps photographique de Pomerol.

Willy Ronis, Les métiers, Franconville (Val-d’Oise), Espace Saint-Exupéry, 28 novembre-21 décembre 2018 : coproduction MPP – RMN-GP.

Willy Ronis, Venise (Italie), Casa dei Tre Oci, 6 septembre 2018-6 janvier 2019 : coproduction MPP – Jeu de Paume.

Willy Ronis par Willy Ronis, Paris (20e), Pavillon Carré de Baudouin, 27 avril 2018-2 janvier 2019 : coproduction MPP – Ville de Paris 20e arrondissement.

Willy Ronis, Valladolid (Espagne), musée Patio-Herreriano, 13 avril-10 juin 2018 : coproduction MPP – Jeu de Paume.

Willy Ronis, Tours (Indre-et-Loire), château de Tours, 28 juin-29 octobre 2017 : coproduction MPP – Jeu de Paume.

Willy Ronis, Transmission, Paris (1er), ministère de la Culture, Bons-Enfants, 12 septembre-25 novembre 2016 : production MPP.

Willy Ronis, Münster (Allemagne), musée Pablo-Picasso, 4 mai-1er septembre 2013 : coproduction Rapho – musée Pablo-Picasso.

Willy Ronis, São Paulo (Brésil), Museu Da Imagem e Do Som, 28 avril-16 juin 2013 : coproduction MPP – Jeu de Paume.

Willy Ronis, Bram (Aude), Maison de l'Archéologie, 5 novembre-18 décembre 2011 : coproduction MPP – Jeu de Paume.

Willy Ronis, Ce jour-là, Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne), Maison d’art Bernard-Anthonioz, 9 septembre-24 octobre 2010 : production Jeu de Paume.

Willy Ronis, Gordes (Vaucluse), Espace Simiane, 11 juin-22 août 2010 : coproduction MPP – Jeu de Paume.

Willy Ronis, Une poétique de l’engagement, Paris (6e), Monnaie de Paris, 16 avril-22 août 2010 : coproduction Jeu de Paume – Monnaie de Paris – MPP.

 

Livres édités depuis la donation


Sophie KERVRAN, Camille ARMANDARY, Ronan GUINEE, [et al.], Willy Ronis, Se retrouver, catalogue d’exposition, Châteaulin, Locus Solus, 2023.

Tangui PERRON, Rose Zehner et Willy Ronis, Naissance d'une image, Ivry-sur-Seine, L'Atelier, 2022.

Jean-Claude MONNERET et Jean-Michel STEINER, Willy Ronis en reportage à Saint-Étienne. Une enquête au cœur de la grève de 1948, Saint-Étienne, Presses universitaires de Saint-Étienne, 2022.

Nathalie NEUMANN, Gabrielle DE LA SELLE et Ronan GUINEE, Willy Ronis en RDA. La vie avant tout, 1960-1967, catalogue d’exposition, Marseille, Parenthèses, Berlin, Wasmuth & Zohlen, 2021.

Pierre-Jean AMAR, Une Amitié avec Willy Ronis, 1972-2006, Arles, Bizalion, 2019.

Le Luberon de Willy Ronis, 1947-1979, catalogue d’exposition, Cavaillon, Ville de Cavaillon, 2019.

Willy Ronis, Usine Lorraine-Escaut, Sedan (Ardennes), 1959
Willy Ronis, Usine Lorraine-Escaut, Sedan (Ardennes), 1959 

Ronan GUINEE (éd.) et Matthieu RIVALLIN (introd.), Willy Ronis par Willy Ronis, Le regard inédit du photographe sur son œuvre, Paris, Flammarion, 2018.

[Matthieu RIVALLIN], Paris Ronis, Paris, Flammarion, 2018.

Markus MÜLLER, Jean-Claude GAUTRAND et Alexander GAUDE, Willy Ronis, catalogue d’exposition, Berlin, Kehrer, 2013.

Françoise DENOYELLE, Le Siècle de Willy Ronis, Paris, Terre bleue, 2012.

Willy RONIS, Marta GILI, Nathalie NEUMANN, Willy Ronis, Une poétique de l'engagement, catalogue d’exposition, Paris, Democratic Books — Jeu de Paume, 2010.

 

Films produits depuis la donation


Vladimir VASAK et Gabrielle DE LA SELLE, Willy Ronis. Les combats d'un photographe, Day for Night productions – Arte France, 2019, 52 mn

Autres collections

Eugène Lefèvre-Pontalis, le châtelet et l'entrée du château, 1930

Sites et Monuments