Image collection header

Les fonds de la MAP

Les fonds de la MAP
Mise en ligne du fonds Benoit-Lévy sur POP Jules Benoit-Lévy dans son atelier, peignant un sujet hollandais, mars 1908, positif stéréoscopique noir et blanc pour projection sur plaque de verre
Mise en ligne du fonds Benoit-Lévy sur POP
Mise en ligne du fonds Benoit-Lévy sur POP Intérieur à Pont-Croix (Finistère), vers 1905, positif stéréoscopique noir et blanc pour projection sur plaque de verre.
Mise en ligne du fonds Benoit-Lévy sur POP
Mise en ligne du fonds Benoit-Lévy sur POP Pêcheur hollandais dans son intérieur, appréciant une toile en cours de réalisation, Volendam (Pays-Bas), vers 1902, négatif noir et blanc stéréoscopique sur plaque de verre.
Mise en ligne du fonds Benoit-Lévy sur POP
Mise en ligne du fonds Benoit-Lévy sur POP Jules Benoit-Lévy peignant sur le motif, Chinon (Indre-et-Loire), 1906, positif stéréoscopique noir et blanc pour projection sur plaque de verre.
Mise en ligne du fonds Benoit-Lévy sur POP
Mise en ligne du fonds Benoit-Lévy sur POP Soldats embarquant dans un train de troupes à Fère-en-Tardenois (Aisne), novembre 1915, positif stéréoscopique noir et blanc pour projection sur plaque de verre
Mise en ligne du fonds Benoit-Lévy sur POP
Mise en ligne du fonds Benoit-Lévy sur POP Ministère de la Culture, MAP, diff. RMN-GP
Mise en ligne du fonds Benoit-Lévy sur POP
Mise en ligne du fonds Benoit-Lévy sur POP Tranchée devant Reims : soldat observant au périscope, 1914-1916, positif stéréoscopique noir et blanc pour projection sur plaque de verre
Mise en ligne du fonds Benoit-Lévy sur POP
Mise en ligne du fonds Benoit-Lévy sur POP Soldats à la popote, Est de la France, 1914-1916, positif stéréoscopique noir et blanc pour projection sur plaque de verre
Mise en ligne du fonds Benoit-Lévy sur POP
Mise en ligne du fonds Benoit-Lévy sur POP Mareuil-le-Port (Marne) bombardée, septembre 1914, positif stéréoscopique noir et blanc pour projection sur plaque de verre
Mise en ligne du fonds Benoit-Lévy sur POP
Mise en ligne du fonds Benoit-Lévy sur POP
Mise en ligne du fonds Benoit-Lévy sur POP
Mise en ligne du fonds Benoit-Lévy sur POP
Mise en ligne du fonds Benoit-Lévy sur POP
Mise en ligne du fonds Benoit-Lévy sur POP
Mise en ligne du fonds Benoit-Lévy sur POP
Mise en ligne du fonds Benoit-Lévy sur POP
Mise en ligne du fonds Benoit-Lévy sur POP
Mise en ligne du fonds Benoit-Lévy sur POP
positif support verre

Mise en ligne du fonds Benoit-Lévy sur POP

Jules Benoit-Lévy, la photographie au service de la peinture

Élève à l’École des Arts décoratifs et aux Beaux-arts, Jules Benoit-Lévy se consacre à la peinture et à l’illustration. Ses clichés témoignent de cette activité et servent d’étude à certains tableaux au pittoresque pris sur le vif. Si l’artiste se photographie dans son atelier, travaillant à de grandes toiles ethnographiques, paysagères ou peignant un modèle sagement installé, il ne rechigne pas à se confronter au motif. Des voyages en Bretagne et aux Pays-Bas lui apportent le matériel nécessaire aux toiles réalistes qu’il peint d’après photographie ou en installant son chevalet dans un intérieur paysan, sujet privilégié de ses représentations. Par ailleurs, certains clichés relèvent de l’œil du peintre et présentent un cadrage pictural et des effets de lumière très proches de ceux d’un tableau, les deux techniques se confondant alors dans leur mise en œuvre.

Jules Benoit-Lévy dans la Grande Guerre

En août 1914 éclate la Première Guerre mondiale. À 48 ans, Benoit-Lévy semble avoir fait partie de ces engagés qui se sont présentés malgré leur âge. Si un soldat est appelé jusqu’à ses 45 ans, l’engagement volontaire permet en effet aux hommes nés avant 1887 de participer au conflit. Benoit-Lévy porte le matricule 941. Peu de clichés de batailles. Le peintre semble posté à l’arrière. De 1914 à 1916, ses clichés gardent en mémoire le transport des troupes et du matériel vers l’Est, la popote du soldat et la vie de camp, les Zouaves du 56e régiment. Seule bataille représentée, celle de l’Argonne, en 1915, dans la Marne. Aucun cliché de la Grande Guerre n’est pris après 1916. À 50 ans, l’Armée a peut-être décidé qu’il était temps pour lui de rentrer. Dans les années 1920, le peintre retourne photographier les vestiges du conflit : tranchées, villes détruites, cimetières de soldats.

Les petits-neveux de Jules Benoit-Lévy ont fait don à l’État, en janvier 2021, d’un millier de plaques de verre, qui viennent d’être mises en ligne sur la base Mémoire. 

Découvrir le fonds Benoit-Lévy sur Mémoire